Le rôle de l’épouse dans la protection du foyer conjugal

Le rôle de l’épouse dans la protection du foyer conjugal

et dans l’entretien des bons rapports 

 

Quant à la femme musulmane, elle doit savoir que le bonheur, l’affection et la bonté ne seront réalisés que si elle est une femme chaste et pieuse. Cela n’est possible qu’en prenant connaissance de ses droits, dès lors, elle n’ira pas au-delà et n’outrepassera pas les limites qui lui sont autorisées. Elle répondra ainsi à l’appel de son mari qui détient autorité sur elle, en la protégeant, en prenant soin d’elle et en pourvoyant à ses besoins.

De ce fait, elle doit lui obéir et protéger son honneur et ses biens, mais elle doit également être soigneuse dans tout ce qu’elle entreprend, en étant à la disposition de son mari, en prenant soin d’elle et de sa maison : elle est une femme pieuse et une mère compatissante, elle préserve le foyer de son mari et en est responsable. Elle est reconnaissante envers son époux et ne dénie point ses bienfaits et sa bonne compagnie.

Le prophète, que la paix et le salut d’Allah soient sur lui, a mis en garde contre ce reniement en disant :

« On m’a fait voir l’enfer et la plupart de ses habitants sont des femmes, car elles renient », on lui dit : « renient-elles Allah ? » Il répondit : « Non, elles renient les bienfaits de leurs maris : tu es bienfaisant envers une d’elles durant toute ta vie, puis lorsqu’elle aperçoit en toi une erreur, alors elle dit : « Je n’ai jamais rien vu de bon provenant de toi. »[1]

Il incombe donc de pardonner les erreurs et les faux pas… Ne sois pas malfaisante envers lui lorsqu’il est présent et ne le trahis pas lorsqu’il est absent. C’est ainsi que l’entente est obtenue, que la vie conjugale perdure et que l’attachement, l’affection et la bonté prédominent.

« Toute femme qui meurt, alors que son mari est satisfait d’elle, rentrera au paradis. »[2]

    Craignez Allah, ô communauté de l’islam, et sachez qu’avec l’harmonie (dans le couple) le bonheur se concrétise et une bonne atmosphère se crée. Cette dernière facilite l’éducation et le développement de l’enfant au sein d’un foyer accueillant et débordant d’affection et de bonne entente… entre la tendresse maternelle et la bienveillance paternelle, loin du tumulte des discordes et des divergences et l’empiétement des uns sur les autres. Plus aucune division ni désaccord ne seront observés et plus aucun tort ne sera fait aux proches parents comme à ceux éloignés :

[ …Et qui disent : « Seigneur ! Accorde- nous, en nos épouses et nos descendants, la réjouissance et la tranquillité, et fais de nous des exemples pour les pieux. » ] (Le discernement – 74)


Conclusion 

 

En conclusion, mon frère musulman et ma sœur musulmane, qu’Allah vous accorde la réussite :

La probité de la famille est la voie qui mène à la sécurité de toute la société, et il est impensable qu’une société soit saine alors que les liens familiaux de cette dernière sont effrités. Comment cela serait-il possible alors qu’Allah, pureté à lui, a rappelé (à ses créatures) ce bienfait : le bienfait de l’union familiale, de son entente et sa cohésion. Allah, pureté à lui, dit :

 

 [ Allah a créé à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses, il a créé enfants et petits-enfants. Et il vous a attribué de bonnes choses. Croient-ils donc au faux en niant le bienfait d’Allah ? ] (Les abeilles – 72)

Le couple et leur solide relation d’une part, les parents, les garçons et filles qui grandissent sous leur protection d’autre part, représentent le présent de cette communauté et son avenir. C’est pourquoi, lorsque le diable réussit à détruire la cohésion d’une famille, il n’anéantit pas seulement une famille et ne commet pas uniquement un mal limité, mais il fait sombrer l’ensemble de la communauté dans une calamité dévastatrice et un mal qui se répand. L’actualité et ce que nous observons (autour de nous) en sont la meilleure preuve.

Qu’Allah fasse miséricorde à l’homme dont la conduite est exemplaire, l’intention est bonne, qui est doux et fidèle, tendre et indulgent, clément envers sa femme et résolu dans ses affaires. Il n’impose pas à sa femme ce qu’elle est incapable d’accomplir, ne l’accable point de difficultés et ne néglige pas ses responsabilités.

Qu’Allah fasse miséricorde à la femme qui ne cherche pas à induire son mari en erreur et ne le fatigue pas de choses inutiles et sans intérêt. Cette femme-là est vertueuse, obéissante (envers son mari), et protège (l’honneur et les biens) de son époux en son absence par la protection d’Allah.

Craignez Allah, ô vous les époux, et craignez Allah, ô vous les musulmans, car celui qui craint Allah, il lui facilite ses affaires.

Enfin, que les éloges d’Allah et son salut soient sur la meilleure des créatures, notre Prophète Mohammed, sur sa famille, ses nobles et pures femmes, ses dignes et sincères compagnons et sur ceux qui les ont suivis de la meilleure façon jusqu’au jour du jugement. Pureté et louange à notre Seigneur, je témoigne qu’il n’y a pas de divinité (méritant l’adoration) si ce n’est Allah, je lui demande pardon et je me repens à lui.
 


[1] Rapporté par Al-Boukhâri dans son recueil authentique (Hadith n°5197).

[2] Rapporté et authentifié (chaîne de transmission considérée comme bonne) par Tirmidhi (Hadith 1161) et rapporté également par Ibn Mâjah (Hadith 1854), et Al-Hakim qui dit : « sa chaîne de transmission est authentique » (4/173).



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×